samedi 30 mars 2013

Roi vampire

Titre : Roi Vampire
Auteur : Olivier Peru et Patrick Mc Spare
Edition : Scrineo Jeunesse

Paris, hiver 1190.

Couverture Les Haut Conteurs, tome 2 : Roi VampireDébarqués au coeur de la plus grande ville du Monde connu, le jeune Roland, Mathilde, Ruppert et Salim poursuivent un double but: retrouver William le Ténébreux, l'ami disparu, et découvrir les secrets de Vlad, le maître vampire. Ce démon est-il réellement mort dans les forêts anglaises, ou attend-il son heure pour frapper encore ? Pire encore, un traître se cache-t-il parmi les quatre aventuriers, comme tout semble l'indiquer ? Happés par le tumulte populaire de la Fête des Fous, Roland et ses compagnons vont croiser nombre d'individus pittoresques. Cérémonies noires, complot royal, créatures infernales, prophéties du Livre des Peurs, tous les ingrédients d'un mélange fatal sont réunis pour sceller le sort de nos héros. Pourtant, ils sont des Haut-Conteurs et ne reculeront pas, jusqu'à vaincre ou périr. Roland « Coeur de Lion » en tête. Le Mal rôde, la mort avance masquée. C'est la fête des ombres, c'est la fête des fous !

Voici le deuxième tome de la série des Hauts Conteurs. Emballée par le premier opus, c'est avec plaisir que j'ai découvert celui-ci. Nous retrouvons Roland accompagné de trois autres compagnons de voyage, dont son mentor Mathilde. En route pour Paris afin de retrouver un des leurs, ils vont recroiser la route du vampire qu'ils avaient laissé pour mort dans le premier tome. 
D'autres personnages viennent enrichir notre petite troupe : un haut conteur muet, un "roi des ribauds" troublant, des vampires plus présents. Le charme de ce roman vient du fait que nous évoluons dans un Paris médiéval fort bien dépeint : la cour des miracles, la fête des fous et son cortège de débauches... Nous nous promenons au coeur de la ville comme si nous y étions. L'écriture fluide des auteurs y est pour beaucoup.
Côté intrigue c'est très riche également : le départ de Richard Coeur de Lion en croisade entraîne pour les trônes d'Angleterre et de France des changements que les vampires veulent exploiter. Les Hauts Conteurs vont devoir déjouer ces plans. 
Côté personnage, Roland évolue, moins enfantin, il devient plus perspicace et moins enclin à la naïveté. Mathilde, toujours égale à elle-même nous régale de bons mots. 
Je ne regrette qu'une chose, que la spécificité des hauts conteurs et leur "art du langage" ne soit pas davantage mis en avant. 
Ce roman reste néanmoins une valeur sûre de la littérature de jeunesse.

A lire pour les jeunes amateurs de fantastique-historique.

mercredi 27 mars 2013

Un oiseau moqueur

Couverture Ne tirez pas sur l'oiseau moqueurTitre: Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur
Auteur : Harper Lee
Edition : Le livre de poche



Dans une petite ville d'Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d'office pour défendre un Noir accusé d'avoir violé une Blanche. Celui-ci risque la peine de mort. 





Un livre sur l'enfance qui nous emporte avec lui sur les traces d'une fillette que l'on verra évoluer pendant trois ans. Scout vit dans le sud des Etats Unis pendant la grande dépression des années 30. Les stigmates de la guerre de sécession sont encore bien encore visibles, la discrimination omniprésente. Malgré un sujet difficile, l'auteur nous entraîne sur les pas d'une petite fille, qui grandit dans une société qu'elle n'a pas choisi. Ses choix et son regard sur ce qui l’entoure font tout le charme de ce roman. A travers elle, nous observons la lutte pour les droits civiques de toute une partie de la population. Scout, avec la candeur de la jeunesse, va réagir à sa manière aux conséquences de l'aide apportée par son père à Tom Robinson, injustement accusé de viol. La force de ce roman vient du fait que l'auteur arrive à traiter de sujets délicats : La suprématie blanche, l'injustice faites aux Noirs, le racisme latent en les recouvrant d'un voile donné par une vision enfantine qui apporte tolérance et respect. 

Un très beau livre qui ne laisse pas indifférent. 

mercredi 6 mars 2013

Coraline

Couverture CoralineTitre : Coraline
Auteur : Neil Gaiman
Edition : J'ai Lu



Coraline vient de déménager et découvre son environnement, une étrange maison qu'elle et ses parents partagent avec des voisins peu communs : deux anciennes actrices et un vieux toqué éleveur de souris savantes. "Je suis une exploratrice !" clame Coraline. Gare pourtant : derrière la porte condamnée, un monde magique et effrayant l'attend.




Un conte résolument moderne, qui ressemble à s'y méprendre à Alice aux pays des merveilles. Une petite fille attachante, solitaire, entourée d'adultes qui ne lui prêtent pas l'attention qu'elle mérite. Elle accède à un monde imaginaire par une porte, là ou Alice passait à travers un miroir. Accompagnée d'un chat, elle tombe dans un monde qui est le reflet de celui qu'elle vient de quitter. Mais un reflet étrange et dérangeant. Ses parents, physiquement si ressemblants, sont  différents, trop attentionnés pour être vrais. Plusieurs péripéties de plus en plus sombres, attendent notre héroïne, dans un univers que l'auteur prend un malin plaisir à tordre et à modifier à loisir.
Un conte sympathique, mais à réserver aux plus jeunes qui aiment bien se faire peur. L'univers en vase clos de Neil Gaiman est intéressant mais je n'ai pas accroché autant que je l'espérais. J'ai sans doute trop tardé pour le lire...
Neil Gaiman reste un auteur qui a du mal à me convaincre, malgré l'engouement qu'il suscite sur la toile, je n'accroche pas à ses écrits.
A lire pour les amateurs de contes qui aiment se replonger dans l'univers de l'enfance.
D'autres couvertures sont disponibles, plus attractives pour les jeunes lecteurs :